sur la route des vins alsace automne

Sur la route des vins d’Alsace

Posted In: Voyage

Avant de partir en pleine nature dans les Vosges, nous avons rempli l’objectif principal de ces vacances qui était de découvrir l’Alsace. Après avoir commencé par la visite de Strasbourg, nous avons continué notre chemin, à bord de notre van aménagé, sur la route des vins. Et là, quel dépaysement ! Entre les routes bordées de vignes colorées par l’automne, les cités médiévales remplies de magie, la richesse architecturale de chaque ville, on en a pris plein la vue !

Un itinéraire dépaysant

Il faut savoir que la route des vins d’Alsace est la plus ancienne de France. Elle s’étale sur environ 170 km et permet de serpenter entre plusieurs villages pittoresques et d’impressionnants domaines viticoles tout en pouvant admirer en permanence de magnifiques paysages ! Il faut dire que nous sommes partis fin octobre, et donc en plein automne, ce qui nous a permis de traverser des centaines de vignobles jaunis par la saison. En plus de ces couleurs incroyables, différents reliefs sont venus nous donner l’impression d’être dans un décor de carte postale.

La route des vins représente donc tout un itinéraire qui parcourt la région viticole afin de découvrir les vins et leur production. Elle traverse les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin et parcourt un grand nombre de villes et villages. Même si nous n’avions que peu de temps devant nous, nous avons eu la chance de pouvoir découvrir 5 villes authentiques, qui représentent des étapes incontournables de cette fameuse route, à savoir : Obernai, Ribeauvillé, Riquewihr, Kaysersberg et Colmar.

De Belles Cités Viticoles

Route des Vins en automne

Au-delà des grandes étendues de vignes et des nombreuses caves à vin, la route des vins se caractérise par la présence importante de cités viticoles. Leur point commun ? Cette authenticité qui nous plonge dans un autre temps. Cependant, chacune d’entre elles a ses spécificités qui les rendent uniques. Prêts pour une balade virtuelle haute en couleurs ?

Obernai

Saviez-vous qu’Obernai est la deuxième ville la plus visitée du Bas-Rhin après Strasbourg ? Il s’agit ici de la ville natale de Sainte-Odile, la sainte patronne de l’Alsace et représente donc une étape importante dans la route des vins. Par cette période de pandémie, la ville était très calme, voire déserte, lorsque nous y sommes allés. Beaucoup d’enseignes étaient fermées, ce qui ne nous a pas empêchés de nous balader pour admirer quelques monuments représentatifs de la ville. En toute honnêteté, il ne nous a pas fallu plus d’une heure pour en faire le tour.

obernai

Nous avons donc pu découvrir l’Hôtel de Ville qui donne en plein sur la place du marché. En tournant la tête, on peut aussi contempler le beffroi qui veille sur la ville et la fontaine de Sainte-Odile. Quelques mètres plus loin, on retrouve la Halle aux blés. Ce bâtiment était à l’origine une boucherie construite en 1554. Il contenait aussi un magasin de sel qui se situait à l’étage. C’est seulement au grenier que se situait le stock de blé.  A noter qu’il n’y a rien à visiter puisqu’aujourd’hui, il s’agit d’un restaurant. Dans la rue à côté, on peut d’ailleurs observer quelques boutiques qui vendent des produits locaux (fromages, nougats, …) ainsi que d’autres restaurants.

La fontaine de Sainte-Odile, le Beffroi & l’Hôtel de Ville

La Halle aux Blés

Lors de notre arrêt dans la ville d’Obernai, nous avons pu découvrir le restaurant La Cour de Mémé, qui est un lieu très sympa où manger. La carte est pleine de mets alsaciens et les prix sont abordables. Mon amoureux a pris une choucroute, qu’il a bien aimée, et moi j’ai opté pour la Flambée de Pépé, qui est une tarte flambée à base de crème, de lardons, de Munster, de poireau, de champignons ainsi que d’ail des ours. Un vrai délice !

C’est à l’hôtel Le Colombier que nous avons posé nos valises pour la nuit. Ce dernier est idéalement situé vu qu’il se trouve en plein centre, non loin des petites boutiques et centres d’intérêt culturel. L’avantage est le grand parking de la place des Fines Herbes qui n’est qu’à quelques pas de là. Cet hôtel 4 étoiles affiche une jolie façade et dispose de plusieurs chambres dont des chambres adaptées aux personnes à mobilité réduite. On peut également y prendre un petit-déjeuner, ce qui est fort pratique avant de reprendre la route.

Ribeauvillé

Située au centre de l’Alsace, entre vignobles et montagnes, Ribeauvillé est une charmante petite ville. Au Moyen Âge, la cité était le siège de la Seigneurie de la famille des Ribeaupierre qui construisit 3 châteaux dont les vestiges peuvent être visités. Ils sont accessibles uniquement via un chemin de randonnée. Etant en chaise roulante, nous avons fait l’impasse sur ces visites qui doivent être tout de même intéressantes, étant donné l’histoire qu’ils dégagent et les points de vue qui doivent être très jolis de là-haut. On peut tout de même les observer au loin, en se promenant dans le centre. 

Ce que j’ai le plus aimé à Ribeauvillé, c’est la Tour des Bouchers sous laquelle on est passé. Construite au XIIIème siècle, elle est dotée de 4 étages et doit son nom à l’abattoir situé à proximité. Un peu plus haut, on s’est retrouvé sur la Place de la Sinne qui est entourée par de jolies maisons à colombage et dont le centre est orné d’une fontaine avec la statue d’une femme qui tient plusieurs symboles représentants les atouts de la ville. On a terminé notre visite en se baladant dans des rues colorées très mignonnes.

Riquewihr

Si vous aimez les décors typiques, alors vous devez absolument visiter Riquewihr ! De tous les villages découverts sur la route des vins, il s’agit de mon préféré, de celui qui m’aura le plus marquée. Et pour cause, on est complètement transporté dans une autre époque. Cité médiévale fortifiée, elle est entourée d’un double rempart qui date du XIIIème siècle. Il est donc indispensable de se garer à l’extérieur de celui-ci pour pouvoir commencer la visite à pieds.

Fait entièrement de rues pavées, Riquewihr regorge de belles maisons à colombages colorées dont certaines datent du Moyen Âge et d’autres de la Renaissance. Ce village est dominé par une tour de guet, véritable symbole de la cité. Epargné des guerres, il possède un patrimoine historique incroyable admirablement bien conservé ! La ville tout entière semble sortie du passé, ce qui rend la découverte assez magique. Toutes les façades ont un charme fou ! Même si de notre côté, nous nous sommes contentés de nous balader dans les rues pittoresques de la ville, il y a tout un tas de choses à faire pour en savoir davantage sur son histoire comme la visite de la Tour des voleurs (ancienne prison de Riquewihr), de la Maison du Vigneron, de la Tour du Dolder (ancienne porte défensive du 13ème siècle), etc.

Incontournable de la route des vins, Riquewihr est classé parmi les plus beaux paysages de France. Entouré par des vignobles, il est également réputé pour sa culture vigneronne. On y trouve donc un grand nombre de vignerons qui y sont présents depuis plus de 10 générations. Avec la qualité de son architecture et de son vignoble, ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé « la Perle du Vignoble Alsacien ». 

Kaysersberg

Kaysersberg est sans aucun doute l’un des plus charmants villages que nous ayons visités en Alsace ! Au-delà des ruelles pavées et des maisons à colombages représentatives de l’architecture de la région, j’ai trouvé qu’il y avait une ambiance assez romantique. Il faut dire qu’avec ses vestiges, on ne peut que constater que Kaysersberg est un village marqué par l’histoire. Il suffit de s’y balader pour admirer le reste de ses fortifications médiévales. Le plus imposant est sans aucun doute la ruine du château, édifié à l’époque à des fins militaires et stratégiques, qui surplombe le village. Un sentier en pierres et quelques marches permettent d’y accéder pour le visiter. Ce qui a donc été impossible pour nous, avec la chaise roulante.

Au-delà de ces ruines imposantes, pour moi, le plus impressionnant est le pont fortifié qui offre un point de vue sur la Weiss, la rivière qui coule à travers la vallée de Kaysersberg. En le traversant, on peut y voir une petite chapelle où, à l’époque, les auteurs de délits mineurs étaient enfermés et exposés à la vue de tous. On en a profité pour se rapprocher de l’eau, un peu plus bas, où de petites cascades viennent s’emmêler devant plusieurs maisons à colombages. A noter que les rues de Kaysersberg sont très fleuries et qu’il extrêmement agréable de s’y promener.

Colmar

Colmar est la ville la plus au Sud que nous ayons visitée sur la route des vins. Située au centre de l’Alsace, entre Strasbourg et Mulhouse, elle est aussi considérée comme une étape indispensable. Contrairement à ce que nous avions vu avant et bien qu’elle soit nichée au cœur d’un vignoble selon l’office de tourisme, j’ai trouvé que Colmar faisait davantage ville moderne. Il nous a fallu nous enfoncer dans la vieille ville pour apercevoir son caractère pittoresque.

On est alors tombé sur le Quartier de la Poissonnerie qui est, pour moi, le réel atout de la ville. Plusieurs maisons à colombages se suivent mais chacune se démarque par la couleur qu’elle arbore. En passant devant chacune d’entre elles, on peut aussi admirer les petits ponts fleuris et décorés de cadenas accrochés par des amoureux voulant laisser l’emprunte de leur amour à Colmar. Pour parfaire ce décor féérique, on borde la Lauch, cette rivière qui donne comme nom « La Petite Venise » à toute cette zone touristique. Il est d’ailleurs possible de faire des promenades en barque qui durent environ 30 minutes.

Au détour d’une rue, nous nous sommes retrouvés devant le Marché Couvert de la ville ! A l’intérieur, on ne retrouve que quelques stands avec des produits frais mais aussi de la cuisine du monde et divers objets de décoration. J’ai été moins impressionnée que par le marché couvert de Stockholm, bien que son architecture témoigne le passage de Colmar à l’ère industrielle avec les matériaux utilisés. Après l’achat d’un pot de miel alsacien, on continue notre visite de la ville et on entre dans la partie commerçante. Je pense que les amoureux(ses) du shopping seraient ravis étant donné la présence de grandes enseignes connues ou de plusieurs boutiques en tout genre. 

On longe donc les devantures, en passant par la Collégiale Saint-Martin dont l’extérieur est visiblement fort marqué par le temps qui passe, avant de poser nos valises à l’hôtel Le Colombier pour y passer la nuit. Ce dernier est idéalement situé puisqu’il se trouve à seulement quelques mètres de La Petite Venise et des autres intérêts de la ville. L’établissement a un style propre de la Renaissance vu qu’il s’est établi dans une demeure qui date de 1543, même si l’intérieur a été entièrement modernisé. Point positif également sur le nombre de places de parking disponibles dans la rue, bien qu’elles soient payantes. Tout comme les autres hôtels de la chaîne, le Colombier ne propose pas de service restaurant mais il est toutefois possible d’y prendre un petit-déjeuner le matin.

Pour les personnes à mobilité réduite, une chambre adaptée est disponible au-rez-de-chaussée de l’hôtel. Cependant, un plan incliné amovible avec une forte pente doit être installé par un membre du personnel afin de palier à plusieurs marches qui la séparent du hall. Notez qu’il me semble impossible de monter ou descendre ce plan incliné seul avec une chaise roulante manuelle. Aussi, lorsque vous réservez votre chambre, je vous conseille vivement de contacter l’accueil pour vous assurer de la présence d’un siège douche, qui n’était pas prévu lorsque nous y sommes allés. Notez également que le buffet du petit-déjeuner est inaccessible au vu des marches qui le séparent de la salle où on peut le déguster.

En toute transparence, j’ai été assez surprise par notre découverte de Colmar. Mis à part le quartier des Poissonniers et la Petite Venise que j’ai adorés, j’ai eu du mal à ressentir ce côté authentique que j’avais ressenti dans les autres villes alsaciennes. Colmar est bien plus grande que ce que je pensais. Elle m’a laissé l’impression que ses centres d’intérêt étaient condensés, comme si on en faisait vite le tour. Cependant, si vous êtes en Alsace, il est difficile d’imaginer de ne pas s’arrêter à Colmar, décrite comme une des villes les plus emblématiques de la région.

Notre aventure sur la route des vins en résumé

Vous l’aurez déjà certainement compris via le récit de notre aventure mais nous avons adoré découvrir l’Alsace, et en particulier la route des vins. Il y a tellement de choses à voir et à faire. A seulement 5h de route de Bruxelles, il y a moyen de se déconnecter complètement de son quotidien, tant la nature et le style de tous les villages qui s’y trouvent sont typiques, propres à cette région qui semble figée dans le temps. On en prend plein les yeux, même en période de mauvais temps, avec toutes ces maisons à colombages colorées et ces vestiges du passé bien conservés.

En plus de visiter les cités viticoles, on en a profité pour visiter une cave à vin. Sachez que peu importe où vous êtes dans la région, vous trouverez à coup sûr votre bonheur. Le nombre de vignerons qui proposent des dégustations est impressionnant. On en trouve quasiment à tous les coins de rue. Certaines visites sont gratuites et d’autres pas. Tout comme les dégustations qui peuvent se faire en fonction d’un nombre minimum de personnes, à un certain tarif.

Pour notre part, nous avons choisi le vigneron récoltant indépendant Berger, qui propose gratuitement une dégustation dans sa cave à vins. Il est situé à Mittelwihr, une ville située entre Riquewihr et Kaysersberg et est répertorié comme accessible aux personnes à mobilité réduite. Après une très forte pente, nous avons donc pu nous poser à côté de ces grands tonneaux impressionnants. En toute honnêteté, je n’aime pas le vin. J’avais surtout très envie de vivre cette expérience avec mon amoureux, qui lui aime ça, tout en m’imprégnant de ce type de lieu que je trouve chargé d’histoire et de passion.

On a alors goûté quelques vins avant d’en acheter plusieurs bouteilles. Lors de la dégustation, on a parlé avec le patriarche de cette exploitation familiale, étalée sur trois générations, qui nous a expliqué quelques particularités de ceux qu’ils proposaient. Je vous avoue que même si je ne suis toujours pas une grande fan de vin, je conseille sincèrement cette chouette expérience.

Au-delà de la magie des villages visités, des dégustations de vin à faire, se promener sur la route des vins (que ce soit en voiture, en vélo ou à pieds), même sans s’arrêter, juste en la traversant, procure déjà énormément de plaisir tant les paysages sont magnifiques. Je vous conseille vivement d’y aller en automne, pour profiter de ces couleurs qui sont uniques et incroyables. C’est toute une ambiance qui nous a transportés et qui a fait de notre voyage un magnifique souvenir coloré.

N’hésitez pas à vous plonger vous aussi dans cette aventure via la vidéo de notre roadtrip sur la route des vins :

  • Le boudoir d'Amandine
    10 décembre 2020

    Coucou !
    J’aime beaucoup l’Alsace, je ne vivais pas très loin avant (je vivais en Lorraine) et mon frère vivait à Strasbourg. J’ai donc eu l’occasion d’y aller souvent.
    Tes photos sont sublimes ! Tu utilises quel objectif pour tes paysages ?
    Bisous

    • The PR Insider
      Le boudoir d’Amandine
      11 décembre 2020

      Coucou,
      Oh le pied ! Ca doit être génial de vivre à Strasbourg 🙂 c’est une si jolie ville ! J’ai adoré.
      Merci beaucoup pour mes photos. Je les prends toutes avec l’objectif CANON 18-135 mm
      Bisous

Add Comment

Gnocchis, jambon italien, poire, pignons de pin & sauce gorgonzola
3 recettes de pommes de terre farcies